Interview à la radio l’artiste REGULA STOCKS (Honorée)

Poträt Regula Stocks 2013 (quadratisch)

Journaliste: Votre parcours indique que vous êtes une artiste indépendante depuis 2003, mais votre création et votre invention doivent être bien antérieures. Quand et comment se sont-elles développées?

Honorée: Dès mon enfance j’étais fascinée par des personnages de roi, « de sorcière » et les contes de fée. A l’époque, outre le crayon de papier et les crayons de couleur, j’utilisais souvent de la craie de couleur et la détrempe. Peu à peu, les châteaux devinrent mes thèmes favoris.
Après ma scolarité, j’ai créé des miniatures avec le rapidographe, ce stylo à encre à pointe fine. De plus, j’ai fait des petits tableaux avec des pastels dont certains ont été retravaillés plus tard. Pendant la période suivante – jusqu’en 1985 – je faisais de la peinture sur verre. Quand en 1987, après divers cours à l’Ecole des Arts Appliqués de Bâle et à l’Académie d’Art Libre de Fribourg en Brisgau, j’ai montré mes travaux antérieurs à un professeur, il m’a dit: « Votre griffe est déjà tellement indépendante – que voulez-vous de plus? Restez fidèle à votre voie! »
Jusqu’en 1991 s’ensuivirent des objets picturaux en tulle, cire et autres matériaux; ensuite, j’ai fait une pause. Peu de temps après, je me suis tournée vers les gouaches, collages et applications jusqu’à ce qu’apparaissent, après 1998, des objets en 3 dimensions. Je travaille comme artiste indépendante depuis 2003.

Journaliste: Vous avez eu un parcours hors du commun, vous avez fait de nombreuses rencontres avec d’autres créateurs. Quelqu’un ou quelque chose vous a-t-il marquée particulièrement?

Honorée: La collection d’objets, de masques, de trophées exotiques, présents dans la maison de mes parents, ainsi que les livres illustrés leur correspondant, m’ont profondément impressionnée. Des voyages à l’étranger-à Paris, à Chartre, à Florence, à Milan – ont élargi mon horizon. A l’époque, plusieurs amis de notre famille étaient des artistes reconnus (P. Hübner, H. Bohnert, F. Cavallini et Kh. Scherer).

Journaliste: Quelle est votre approche de l’objet à créer? Avez-vous une vision concrète, des inspirations ou l’œuvre se développe–t-elle au fil du travail?

Honorée: A vrai dire, mon inspiration créatrice conduit mon œuvre à se développer souvent de manière souveraine et inattendue.
Journaliste: En fait, qu’est-ce qui vous influence? Y a-t-il un lien entre votre œuvre et votre quotidien?

Honorée: Contrairement à la tendance actuelle, mes créations n’ont aucun lien avec le présent, ni avec mon quotidien.

Journaliste: Alors quelles sont vos sources d’inspiration?

Honorée: Les contrées sauvages dans lesquelles j’aime marcher, la Bourgogne par exemple, où l’art sacré s’unit à la beauté de l’environnement.

Journaliste: Sentez-vous que vous portez un message ou l’œuvre est-elle message?

Honorée: Mon œuvre émerge d’elle-même, elle est donc autonome, et sa signification est cachée dans l’inconscient.

Journaliste: Qu’est-ce qui vous a amenée à choisir votre pseudonyme d’Honorée, que signifie-t-il?

Honorée: Un jour, j’ai acquis un jeune lévrier qui se prénommait Honorée. Je l’aime tant que j’ai pris son nom comme pseudonyme.

Journaliste: Beaucoup de vos tableaux nous apparaissent comme une sorte de grenier aux trésors, en ce sens où ils recèlent les motifs d’un thème, d’une culture ou quelque chose de comparable. Pouvez-vous développer cela?

Honorée: Le concept de « parenté ancestrale » avec les trésors de cultures anciennes est sans aucun doute justifié, en particulier dans mon triptyque.

Journaliste: Comment définiriez-vous votre conception de l’art?

Honorée: Mes œuvres sont vierges de toute influence académique actuelle. Au contraire d’artistes plus intellectuels, je ne me coule pas dans un moule existant. Tous les thèmes ainsi que les matériaux utilisés pour leur transposition me sont propres. Ils sont étrangers aux clichés de l’art classique tout comme aux courants artistiques actuels.

Conclusion:
Ainsi, votre art est très ouvert, chacun y trouvera source d’imagination, et sa part de rêverie.
« L’art est accessible à tous », c’est votre profonde conviction. Chacun, grand ou petit, est invité à venir découvrir vos œuvres, elles sont source d’imagination et de rêverie.

Nous souhaitons pleine réussite à votre exposition.